Celui qui veut donner de l’amour doit lui aussi le recevoir comme un don

Il revient à la famille, soutenue par toute la société, d’accueillir la vie naissante et de prendre soin de sa phase ultime. (rapport final synode familles )

Les personnes âgées  :

« Dans certains milieux, les personnes âgées sont considérées comme une richesse dans la mesure où elles assurent la stabilité, la continuité et la mémoire des familles et des sociétés. Dans les sociétés très industrialisées, où leur nombre tend à augmenter tandis que la natalité diminue, elles peuvent être perçues comme un poids. »

La personne âgée n’est pas un extraterrestre. La personne âgée, c’est nous, dans peu de temps, dans longtemps, mais cependant inévitablement, même si nous n’y pensons pas. Et si nous n’apprenons pas à bien traiter les personnes âgées, nous serons traités de la même manière »   (François, audience générale, 4 mars 2015).

Valoriser les derniers instants de la vie est aujourd’hui d’autant plus nécessaire que l’on essaie par tous les moyens d’ignorer le moment du trépas. La fragilité et la dépendance des personnes âgées sont alors mises à profit de façon inique pour de simples raisons économiques. De nombreuses familles nous montrent qu’il est possible d’affronter les dernières étapes de la vie en mettant en valeur le sens de l’accomplissement et de l’intégration de la vie tout entière
../…
2015-09-26 04.55.29
../…

Les enfants nous rappellent (…) que nous sommes toujours des enfants (…). Et cela nous renvoie toujours au fait que nous ne nous sommes pas donné la vie nous-mêmes mais  que nous l’avons reçue »

Celui qui veut donner de l’amour doit lui aussi le recevoir comme un don

« La vie humaine est sacrée parce que, dès son origine, elle comporte « l’action créatrice de Dieu ». Personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer pour soi le droit de détruire directement un être humain innocent »  L’intérêt supérieur de l’enfant devrait toujours inspirer les décisions : « Les enfants ont le droit de grandir dans une famille, avec un père et une mère » 

Les tensions induites par une culture individualiste exacerbée, culture de la possession et de la jouissance, conduisent à des situations de souffrance et d’agressivité à l’intérieur des familles.  On constate aussi une tendance croissante à considérer la conception d’un enfant comme un simple instrument de l’affirmation de soi, à obtenir par tous les moyens.

La culture moderne et contemporaine a ouvert de nouveaux espaces, de nouvelles libertés et de nouvelles perspectives pour une compréhension plus riche de cette différence. Mais elle a introduit également de nombreux doutes et beaucoup de scepticisme. (…) L’annulation de la différence (…) est le problème, pas la solution » Pape François

Il est particulièrement nécessaire d’apprécier à sa juste valeur la force de la famille, pour pouvoir la défendre dans sa fragilité. Une telle force réside essentiellement dans sa capacité d’aimer et d’apprendre à aimer.
Aussi blessée soit-elle, une famille pourra toujours grandir en s’appuyant sur l’amour.
…/…
« Chaque fois que nous revenons à la source de l’expérience chrétienne, de nouvelles routes et des possibilités impensables s’ouvrent »
../…
Priere pour la vie 271115