La joie de l’Amour , un défi

 

Pour les 1 an de l’exhortation du pape François sur la Joie de l’Amour, la conférence des Evêques de France évoque l’expérience de la Maison Anne & Joachim. Un partage en toute simplicité

Amoris Laetitia, l’exhortation apostolique du pape François sur l’amour dans la famille souffle sa première bougie. Sur le terrain, auprès des couples et des familles, dans l’accompagnement des événements heureux ou douloureux, un beau chemin d’espérance est ouvert.
par Florence de Maistre.

« Notre expérience montre que lorsqu’on évoque la famille, tout le monde est touché. L’éducation des enfants, l’accompagnement des parents âgés, les questions liées au travail s’invitent au cœur de la famille.

Avec Amoris Laetitia, tous les secteurs pastoraux sont concernés », lance Benoît Gosselin, délégué avec son épouse Isabelle de la pastorale des familles pour le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier.

Fruit du synode sur la famille initié dès l’automne 2013, l’exhortation apostolique a été publiée le 8 avril 2016. Elle s’appuie sur la dense démarche de dialogue engagée en Église. « Nous avons beaucoup travaillé sur le synode qui a duré deux ans. Le texte est intéressant, ouvert, avec ce ton propre au pape François. Il renvoie chacun à sa liberté personnelle et invite à l’accueil des personnes telles qu’elles sont.

La première lecture peut être simple. Une deuxième plus attentive montre l’ampleur du chantier ! », précise Benoit Gosselin.

Au quotidien, à la maison Anne et Joachim, maison de famille au service des familles en Côte d’Armor, Benoit et Isabelle accueillent des habitants du quartier, des gens de passage, des adolescents, des couples, et aussi des acteurs pastoraux. Tous ont besoin de parler, de se confier, d’être soutenus. Quelle que soit leur histoire de vie, les difficultés qu’ils éprouvent, ils trouvent là une présence humaine et fraternelle, une présence d’Église, dans le cadre chaleureux d’une maison habitée. Les délégués diocésains résidant au premier étage, c’est autour d’un repas partagé, d’un café ou d’un thé que les visiteurs sont écoutés. « Nous recevons beaucoup de souffrances. Nous sommes tous des êtres fragiles, donc des couples et des familles fragiles. C’est là  que la joie de l’amour peut se vivre », confie Benoit. En recevant Amoris Laetitia le couple se sent véritablement conforté dans sa mission, invité à ne pas en rester là et à innover.

L’exhortation apostolique est un défi pour les délégués diocésains de la pastorale familiale. Le texte évoque la souffrance, les relations familiales blessées : la réalité dans sa complexité et sa richesse. Il souligne aussi la beauté du couple et de la famille. « Nous sommes appelés à tenir ensemble ces deux dimensions, accueillir les souffrances et prendre soin de ce qui va bien. Amoris Laetitia est un bel encouragement, une invitation à contempler la beauté de l’amour et la capacité de toute personne, quel que soit son itinéraire, à faire un petit pas en avant », poursuit Benoit.

Le couple n’offre aux personnes qui confient leurs épreuves que leurs mains vides, une présence fraternelle. « Nous vivons une expérience de pauvreté, une expérience de richesse humaine dans une démarche croyante : Jésus est là.

En réalité, c’est la tendresse de Dieu qui transparaît dans la Joie de l’amour. Et c’est à nous de manifester cette tendresse pour toutes personnes quelles qu’elles soient. Il y a dans l’écoute des souffrances, même celles sans issue humaine, toujours un moment où l’on perçoit une étincelle. C’est mystérieux. »

http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/la-famille/437567-joie-de-lamour-defi/