Seul l’humain peut rendre l’écologie.. humaine !

 

La psychologie et la spiritualité nous ont mon­tré que l’être humain a besoin d’être accueilli dans la maison qu’est l’autre pour devenir qui il est et qu’il a tout autant besoin d’être lui-même maison d’accueil pour l’autre afin qu’il déploie lui aussi sa vie, y découvre son propre mystère et féconde celui qui le reçoit. C’est dans cet accueil mutuel dans la maison respective de nos êtres que se bâtit la maison vaste de l’humanité.

Devenir humain, c’est devenir l’un envers l’autre une maison où l’autre trouve écoute, res­pect, compassion, empathie, émerveillement, soins, dignité…

Devenir maison, c’est devenir humain, car il revient à chacun de devenir personne dans des relations de vie dont l’intention est de bâtir, par la communion, la maison commune.

Plus encore, c’est à ce prix que nous devenons demeure et resplendissement de l’invisible. L’invi­sible divin, l’invisible de la Vie ou l’invisible trini­taire (pour un chrétien) se touche au point même de tout ce qui nous fait humain. Cette réalité est marquante dans le christianisme selon cette loi de l’incarnation où Dieu est venu habiter parmi nous et qu’il a fait de l’humain sa demeure afin d’être en retour la demeure de l’humain.

Cette maison commune de la terre a abrité Dieu et, surtout, cette maison commune de notre humanité a été la demeure de Dieu. En faisant de lui notre demeure, nous avons été appelés à demeurer en lui et à devenir en son nom la demeure divine et humaine de chaque humain. Tous nos gestes, toutes nos actions, toutes nos paroles, toutes nos relations, sont autant de lieux du don de l’invisible par, avec et en notre humanité. Nos silences, nos attentions, notre empathie, nos marques de res­pect, sont autant de lieux où nous accueillons l’in­visible dans le don de l’autre humain.

Cette alchimie mystérieuse est celle qui construit une écologie humaine. Il est de la responsabilité de cha­cun de bâtir cette humanité, car chacun est une pierre vivante de cette construction. Lorsque nous apportons notre contribution, ce dont parlait le pape François se réalise : « N’importe quel endroit cesse d’être un enfer et devient le cadre d’une vie digne. » Seul l’humain peut rendre l’écologie, humaine. Ayons le courage, de faire de nos milieux d’affaires, d’éducation et de santé des lieux où l’humain est au centre.

Une écologie vraiment humaine transformera cette terre en une terre promise, celle où chacun peut vivre dans la dignité la promesse de sa propre vie et communier à la promesse de vie faite à tous.

 

Pour une écologie intégrale
colloque annuel du centre Le Pèlerin en mai . Province de Quebec

Stéfan Thériault psychologue et directeur du Centre Le Pèlerin – Montréal – Quebec