Une idée folle

Tourné dans neuf établissements scolaires – publics et privés, de la maternelle au collège, aux quatre coins de la France – Une Idée Folle pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle, à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation.

À quels défis les citoyens de demain vont-ils devoir faire face et comment les y préparer ?

En cultivant l’empathie, la créativité, la coopération, la prise d’initiative ou encore la confiance en soi et l’esprit critique chez les élèves, en parallèle des savoirs fondamentaux, les enseignants de ces écoles font un rêve fou : celui de former une future génération de citoyens épanouis et responsables qui auront à cœur de transformer positivement la société qui les entoure.

Un film documentaire de Judith Grumbach

Découvrir le film : https://uneideefolle-lefilm.com/

Du jeudi 7 septembre 17 heures au dimanche 10 septembre minuit, découvrez le film documentaire de Judith Grumbach, en exclusivité et en diffusion gratuite sur le Monde.fr

Quelques bonus !  

La mort c’est triste.. Mais c’est pas grave !

L’événement de la séparation avec un être proche, un enfant, un parent, un ami, peut nous entraîner dans les larmes, dans la tristesse et c’est bien normal.

Un tel moment peut aussi nous entraîner dans un manque déchirant, un sentiment de solitude, parfois de révolte, et même sur une interrogation profonde sur le sens de nos existences. Nous se sommes fait ni pour la souffrance , ni pour la mort !

L’expérience de la fragilité, est fondatrice de notre humanité.  Mais une fragilité peut être accueillie humblement et même partagée en toute confiance !

La mort d’un être proche est une invitation à apprendre une autre manière de vivre la relation, plus intérieure mais pas moins intense !

Vivre l’expérience du cœur brisé.

La brisure du coeur est une expérience douloureuse mais qui peut s’ouvrir sur une Présence  qui bouleverse une existence.

Un appel à ne pas se renfermer mais à accueillir pauvrement une parole de Vie, la parole éclairante

Nous pouvons faire cette expérience de vie, dans le dialogue avec un Ami, qui a quelque chose de vivifiant et de réconfortant à nous dire …
C’est l’expérience de l’accueil de la Parole. Comme un véritable ami, Dieu parle dans les Ecritures. Parole qui attend patiemment d’être entendue, écoutée, accueillie.

Une condition pour vivre la fécondité de la brisure du cœur ? Sortir du bruit et de l’agitation prolongée pour apprendre à s’arrêter et faire silence…

Parole et Silence pour apprendre à discerner …. Il y a ce qui disparaît et ce qui demeure… Il y a l’apparence et le réel de la beauté. Il y a un sens profond à accueillir dans chaque événement, même dans la mort.

« Je te cherchais au dehors et tu étais au dedans .. Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais. Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ». St Augustin

Dans l’expérience de la brisure du cœur , il y a une Présence. La présence patiente et humble d’un ami qui voudrait tant nous expliquer les Ecritures et dans un Souffle murmuré nous faire découvrir notre vocation, le sens ultime de nos existences.

 Il y a un autre monde que celui des apparences.Un’autre monde bien présent dans notre aujourd’hui , mais qui est caché et ne fait pas de bruit…  Pour le trouver, à nous de le chercher, en renouvelant notre regard, notre écoute …

Sur nos chemins de vie quel qu’en soit le tracé, le Christ Ressuscité nous attend pour se rendre présent !    Et c’est chaque jour que nous avons à vivre notre passage vers la résurrection.  Le monde de la joie et de la paix est parmi nous …  Comme l’évoque Bernanos,  « Il n’y a pas le Royaume des morts, il n’y a pas le Royaume des vivants, il y a le Royaume de Dieu et nous sommes dedans  »

Gaspard 4 ans est le frère de la petite Thaïs qui a vécu son passage après 2 ans et quelques mois sur la terre. Gaspard offre à sa famille et par elle à chacun de nous la profondeur et la transparence de l’enfant : « la mort c’est triste, mais c’est pas grave « .  « C’est pas grave la mort…. C’est triste mais c’est pas grave. » (1)

C’est pas grave, si nous le vivons avec le Christ qui est né parmi nous, qui a souffert, qui a traversé la mort et qui est Ressuscite, qui est apparu avec tout son être à des hommes et des femmes au cœur brisé qui espéraient que l’Amour était possible. Qui au fond d’eux mêmes pressentaient que dans nos personnes comme dans nos relations, le beau, le bon, le vrai  ne meurent jamais  ..

Alors en présence de Celui qui nous accompagne comme un ami,  nous pouvons dire merci à la Vie et entrer dans ce que nous chrétiens, appelons l’Action de grâce ,  Eucharistie …  Là où le corps se brise,  là où le pain est offert, rompu et partagé nous accueillons la Lumière et la Vie  .

« C’est pas grave la mort. C’est triste mais c’est pas grave. »

C’est  pas grave quand on la vit avec le Christ Ressuscite , Parole de Vie , Pain de Vie.  Alors dans l’espérance, tout devient possible pour chacun d’entre nous, même la beauté et la joie qui ne finit pas !

Fraternellement

Benoit

(extrait  célébration d’A Dieu de Maman – Evangile de Luc, chap 24 – Sur le chemin d’Emmaüs – )
avec mes remerciements à Gaspard, à Thaïs, à ses parents et ses grands parents …. et à toi Maman !

29 Fevrier 2016 – Anniversaire de la mort de Thais –  

(1) http://www.deuxpetitspas.com/

 

banniere f22

La famille en souffrance

Témoignages :
La Maison Anne & Joachim était invitée à témoigner dans le Finistère , de sa petite expérience au service des familles.

« La famille en souffrance » , c’était le thème retenu par le diocèse de Quimper pour une journée de réflexion animée par l’équipe de la pastorale des familles. Une excellente réalisation finistérienne permettait aussi de recevoir par la vidéo des témoignages sur des réalités de vies de famille aujourd’hui, en Bretagne.

Merci à chacune, chacun pour ces cadeaux de la vie partagée, humblement, fraternellement . Merci à Brigitte, Martine, Lou , Catherine, Anne Marie , Jean Pierre. Oui vous pouvez être » fiers de votre parcours de Vie » , oui » l’Amour est plus fort que tout » !

Des témoignages à découvrir :

Source : Quand la famille souffre.. Une journée pour en parler !  Diocèse de Quimper-Léon

Ce thème sera évoqué lors de la prochaine commission des familles du diocèse de St Brieuc le jeudi 4 Février à la Maison Anne et Joachim , et par la rencontre nationale des délégués à la pastorale des familles à Paris en Mars.

 

Nos prochains rendez vous

banniere f22

 

 

 

 

 

er Merci Eva et Nathan. Heureux d’avoir fait votre connaissance, de l’autre côté du lac !

Le don et le pardon

Pour vivre la révolution de la tendresse…

9782226316134mLe don et le pardon, deux notions fondatrices de notre humanité.

Donner véritablement, c’est dépasser  le calcul et l’attente pour rejoindre la pure gratuité et la proximité à l’autre. Pardonner, c’est accepter d’emprunter avec patience un chemin difficile. Sur ce chemin, on croise la compassion, qui est la réponse humaine au mal, la seule réponse sensée à la question de la souffrance dans nos sociétés.

Un apprentissage à vivre en famille !

 

Et pour ceux qui cherchent le Visage de la Miséricorde :

« Il faut le dire clairement : ce qui scandalise, c’est la miséricorde !

Cela pourrait sembler impossible. Nous ne pouvons cependant pas oublier que Jésus n’a pas été condamné et mis à mort parce qu’il se serait taché de quelque crime selon le droit romain, ni parce qu’il avait démenti la parole de Dieu contenue dans la loi et les prophètes, mais bien en raison de son comportement trop miséricordieux, qui brisait les barrières érigées par les justes endurcis contre les pécheurs publics.

Il annonçait en effet le pardon, sans recourir à une justice rétributive et punitive, il aimait fréquenter les prostituées et les pécheurs connus comme tels, et se tenir à table avec eux.

Sa manière de se comporter a révélé que la miséricorde n’est pas un correctif pour adoucir la justice, ni même un secours pour ceux qui ne connaissent pas la vérité : la justice de Dieu est toujours miséricorde, plus encore, c’est la miséricorde qui établit la justice et rend la vérité resplendissante et non éblouissante. » (1)

Nous sommes appelés à cultiver « la révolution de la tendresse »
Voici le temps favorable pour changer de vie .(2)

 

(1) Enzo Bianchi 
(2) Le Visage de la Miséricorde – Pape François

 

Le monde a besoin d’une « forte injection d’esprit familial »

Chers frères et sœurs, bonjour !

Un regard attentif sur la vie quotidienne des hommes et des femmes d’aujourd’hui montre immédiatement le besoin, qu’on retrouve partout, d’une forte injection d’esprit familial. En effet, le style des relations – civiles, économiques, juridiques, professionnelles, de citoyenneté – apparaît très rationnel, formel, organisé, mais aussi très « déshydraté », aride, anonyme. Il devient parfois insupportable.

Tout en voulant être inclusif dans les formes, dans la réalité il abandonne à la solitude et au rebut un nombre toujours plus grand de personnes.

Voilà pourquoi la famille ouvre, pour la société entière, une perspective bien plus humaine : elle ouvre les yeux des enfants sur la vie – et pas seulement le regard, mais aussi tous les autres sens – représentant une vision de la relation humaine édifiée sur la libre alliance d’amour. La famille introduit au besoin des liens de fidélité, de sincérité, de confiance, de coopération et de respect ; elle encourage à projeter un monde habitable et à croire dans les rapports de confiance, y compris dans des conditions difficiles ; elle enseigne à honorer la parole donnée, le respect des personnes individuelles, le partage des limites personnelles et de celles des autres.

Et nous sommes tous conscients du caractère irremplaçable de l’attention familiale à l’égard des membres plus petits, plus vulnérables, plus blessés et jusqu’à ceux qui ont mené les vies les plus désordonnées. Dans la société, ceux qui adoptent ces attitudes, les ont assimilées à partir d’un esprit de famille et certainement pas de la compétition et du désir de réalisation personnelle.

Eh bien, bien que l’on sache tout cela, on ne donne pas à la famille le poids qui lui est dû – avec la reconnaissance et le soutien – dans l’organisation politique et économique de la société contemporaine. Je dirais même plus : la famille non seulement ne reçoit pas une juste reconnaissance mais elle ne génère pas non plus d’apprentissage !

Parfois, on aurait envie de dire que, avec toute sa science et sa technique, la société moderne n’est pas encore en mesure de traduire ces connaissances en de meilleures formes de coexistence civile. Non seulement l’organisation de la vie commune s’échoue de plus en plus dans une bureaucratie totalement étrangère aux liens humains fondamentaux, mais les mœurs sociales et politiques donnent souvent des signes de dégradation – agressivité, vulgarité, mépris – qui sont bien en-dessous du seuil d’une éducation familiale même minimale.

Dans ces circonstances, les extrêmes opposés de cet avilissement des relations – à savoir la stupidité technocratique et le « familisme amoral » – se conjuguent et s’alimentent mutuellement. C’est un paradoxe.

…/…

Pape François – Rome, mercredi 7 octobre 2015
cf  Pour renouveler la société et l’Eglise

Famille : l’ humble quotidien de l’ Amour

Philadelphia – Benjamin Frankin Parkway – Dimanche 27 septembre
Quelques photos :

Clôture de la grande semaine rassemblant des familles du monde entier à Philadelphie. De grands moments, une multitude de petites réalités très fraternelles , qui font vivre davantage l’intemporel et l’universel. « Dieu est entré dans le monde grâce à une famille ». Le Pape François invite chacun à vivre l’humble quotidien de l’amour !

God is goodness !  Dieu est bonté …

Messe de clôture – Rencontre mondiale des familles – Benjamin Franklin Parkway-  Philadelphia 2015

parkwaymass

https://youtu.be/MAulrPqvLg8?t=38m43s

 

image

 

à bientôt à cette adresse pour le suivi du synode !

banniere f22